Être plus heureux? Il est où le bonheur? Il est ici 🙂

J’ai toujours été une personne heureuse. Les petites choses de la vie, aussi simples soient elles, me rendent heureuse : la brise dans les arbres, le sourire de ma petite fille, une bonne bière froide et un nachos!

Jusqu’à ce que je ne le sois plus. Je ne comprenais pas pourquoi au début : j’avais tout pour être heureuse. Mais je ne l’étais plus. J’avais mon mari et Emma-Kate que j’adore, une business qui me passionnait plus que tout, une famille extraordinaire, plein d’amis et tout le monde était en santé. Qu’est-ce qui se passait?

Un autre côté de ma personnalité que vous ne connaissez peut-être pas : j’ai toujours voulu accomplir beaucoup. Donc depuis que j’ai ma business, j’ai toujours essayé de respecter un ordre de priorité pour ne pas que je délaisse quelque chose, ou quelqu’un d’important, et ne même pas m’en rendre compte. Parce que j’aurais passé tout mon temps sur ma business! Alors l’ordre était : ma famille, après ma business, et moi en dernier. Et les voyages, évidemment!

Ce sont les valeurs les plus importantes dans ma vie, et donc mes priorités.

Étape 1 : Démissionner de mon emploi sécuritaire et bien rémunéré

Mon retour à mon emploi bien rémunéré au gouvernement, en juin 2018, a tellement fait un clash dans mes valeurs : je me sentais violée dans mes valeurs intrinsèques. C’est pourquoi, après de nombreuses et intenses discussions avec Clinton, j’ai démissionné de cet emploi. Libération! Mais aussi beaucoup, beaucoup moins d’argent.

En fait, on avait vécu pendant 5 ans sans mon salaire (les 5 premières années de vie à Emma-Kate) et on était quand même bien. On faisait des sacrifices, mais en accord avec nos valeurs. Alors en principe, on était capable de le faire à long terme, mais en démissionnant, on n’aurait plus aucun backup si quelque chose arrivait.

Démissionner a pris énormément de courage. Aller à contre-courant, c’est pas évident.

Étape 2 : Vendre notre maison

Cette 1re étape en a entraîné une autre : changer de maison. Notre belle, grande et luxueuse maison venait à un coût en argent et en temps qu’on ne pouvait plus se permettre. Nous sommes des gens qui calculent et prévoient pour à peu près tout ce qui peut nous arriver dans la vie (maladie, accident, mort, etc), et nous avions besoin d’une marge de manoeuvre pour parer aux imprévus.

Par conséquent, quand j’ai démissionné, on savait déjà qu’il faudrait vendre notre maison.

Our house

Ça nous a pris encore beaucoup de courage pour la mettre en vente. On aimait notre maison. Beaucoup.

D’un autre côté, on avait sur notre maison une petite hypothèque qui allait disparaître lorsqu’on allait la vendre.

Zéro dette à 40 ans

Et oui, Clinton et moi avons 40 ans, et on n’a plus aucune dette. Zéro. 0. On n’a pas d’hypothèque, pas de prêt sur une voiture ni des meubles, ni prêt étudiant. On est comme qui dirait « sorti du système ».

C’est bizarre expliquer ça au gens, parce qu’ils n’envisagent pas une situation semblable avant la retraite. Et pourquoi s’empêcher de posséder de belles choses juste pour pouvoir dire qu’on n’a aucune dette?

Connaissez-vous la chanson Society, de Eddie Vedder? (voir les paroles à la fin de cet article).

Clinton et moi, on a toujours adoré cette chanson, qui est paru dans le film Into the Wild. Elle m’a toujours fait rêvé, cette chanson.

Garder une vie (plus) simple

C’est écris dans la Bible que si notre oeil est simple, alors tout notre corps est lumineux (Mathieu 6:22). Quand on parle de notre oeil, on parle de notre vision des choses, sur quoi on se concentre dans la vie.

Quand on garde notre vie la plus simple possible, alors on est « lumineux » parce qu’on peut concentrer notre temps et nos énergies sur des activités qui rejoignent encore plus nos valeurs les plus importantes.

C’est pourquoi nous avons fait de si gros changements dans notre vie : pour que notre vie rejoigne plus pleinement nos valeurs les plus importantes. Et l’argent n’est pas dans ces valeurs, ni les biens matériels. Les voyages avec notre petite fille qui grandit trop vite, voilà où nous voulons investir plus de notre temps!

Je ne dis pas ici que je n’aime pas les belles choses, et quand je vais chez Home Sense, je capote ma vie tellement j’achèterais tout! Mais acheter trop de ces choses vient à un coût. Et c’est un coût qu’on ne veut pas payer.

Notre nouvelle maison

On ne fait pas pitié, du tout! Nous n’allons pas vivre dans un appartement 1 et demi. Nous avons choisi une belle maison quasiment neuve, qui nécessitera le moins d’entretient possible, aucune réparation (espérons), plus de spa, plus de piscine, plus de garage, plus de foyer… nous avons coupé dans le luxe, ou comme qu’on dirait en bon québécois « dans le gras« , pour être quand même très bien et avoir ce qu’il nous faut.

(photo à venir!)

Notre maison va nous coûter 575$/mois pour y vivre, ce qui comprend l’électricité, les taxes municipales et scolaires, et les assurances. Impossible de trouver un appartement décent qui nous coûtera ça! Et nous voulions une maison avec un terrain pour que Emma-Kate puisse facilement jouer dehors avec les vers de terre et revienne à la maison toute sale et le sourire aux lèvres!

Plus heureux, vraiment?

Je vous dirais que rien n’a été simple pour faire la transition. Mais nous allons retrouver un rythme de vie moins rapide, plus simple, mais plus épanouissant et plus en accord avec nos valeurs les plus importantes.

Est-ce que ça va en avoir valu la peine? Seul le temps le dira! Il faudra qu’on reste fort et courageux pour résister à toutes les offres que ce monde matérialiste nous offre, parce que notre crédit est à 100% disponible! Vous rendez-vous compte? On a zéro dette à 40 ans, et on peut se réendetter à 100% à tous moments!

Il nous faudra du courage quotidiennement. Mais au moins, on va être plus heureux! Et nous serons plus libres pour voyager autour du monde avec notre petite fille, avant qu’elle ne veuille plus nous suivre haha!

Je suis tellement fière de nous! Qui fait ça, en 2019? Sérieux? Pas grand monde. Je suis fière qu’on ait choisi les bonnes valeurs à vivre en accord. Je suis fière qu’on soit différents. Parce qu’on est libre, l’oeil plus simple et espérons plus lumineux 🙂

Society, par Eddie Vedder

It’s a mystery to me
We have a greed
With which we have agreed
You think you have to want
More than you need
Until you have it all you won’t be free
Society, you’re a crazy breed
I hope you’re not lonely without me
When you want more than you have
You think you need
And when you think more than you want
Your thoughts begin to bleed
I think I need to find a bigger place
‘Cause when you have more than you think
You need more space
Society, you’re a crazy breed
I hope you’re not lonely without me
Society, crazy and deep
I hope you’re not lonely without me
There’s those thinking more or less, less is more
But if less is more how you’re keeping score?
Means for every point you make
Your level drops
Kinda like it’s starting from the top
You can’t do that
Society, you’re a crazy breed
I hope you’re not lonely without me
Society, crazy and deep
I hope you’re not lonely without me
Society, have mercy on me
I hope you’re not angry if I disagree
Society, crazy and deep
I hope you’re not lonely without me
Recent Posts

Leave a Comment

0
Show Buttons
Hide Buttons