fbpx

Voyager avec un enfant autiste trucs

Cet article fait suite à la Partie 1 : Voyager avec un enfant autiste : oui, c’est possible ! Avant le voyage
et à la Partie 2 :
Voyager avec un enfant autiste : trucs pour l’avion et les transports

Quand je dis que je voyage avec mon fils qui est autiste, plusieurs personnes, et même certains de ses intervenants s’interrogent sur la rupture de sa routine quotidienne et sur sa difficulté à faire face aux changements.

Gardez vos bonnes habitudes

Bien entendu, tous les enfants n’ont pas les mêmes capacités et les mêmes limites. En ce qui nous concerne, voici notre philosophie : nous essayons du mieux que nous pouvons de garder des habitudes qui ressemblent à celles de la maison.

Par exemple, comme je l’ai déjà mentionné, j’utilise pour mon fils un calendrier au quotidien afin que mon fils se repère dans le temps ainsi que des pictogrammes, notamment ce que nous appelons dans notre famille « les bonhommes sourire et les bonhommes pas contents » qui permettent de valoriser ses bons comportements ou de lui faire comprendre quand quelque chose est interdit. Peu importe où je vais, j’apporte avec moi mes tableaux plastifiés, les pictogrammes et ma gommette pour les installer sur le frigo de notre « chez nous » temporaire.

Nous nous efforçons aussi de conserver ses habitudes en ce qui concerne les heures de sommeil et certaines habitudes quotidiennes afin qu’il se sente comme à la maison. Bien sûr, on y arrive pas toujours, mais c’est notre objectif et cela aide toute la famille à ne pas être toute déboussolée et favorise le retour à la maison si les bonnes habitudes ont été maintenues.

Choisissez bien votre hébergement

Comme je vous l’ai dit, nous avons déjà vécu sept semaines dans un Westfalia. Bien sûr, nous changions constamment de lieux mais notre maison était toujours la même, et cela fait vraiment une différence.

Quand nous voyageons, nous louons en général un logement sur une plateforme de location de maisons ou d’appartement. Nous préférons largement cela à l’hôtel car nous nous installons, les enfants ont une chambre et nous pouvons nous faire à manger et donc nous retrouver au calme quand nous le voulons.

De plus, nous essayons de rester dans le même logement tout le long du séjour toujours dans le but de conserver une certaine routine malgré nos déplacements quotidiens.

Adaptez l’horaire à son pas

En ce qui concerne le sommeil, nous essayons vraiment de faire en sorte que notre fils dorme et nous adaptons notre rythme et notre planning afin de ne pas trop le surcharger en activités. De toutes manières, maintenant que le petit frère est là nous n’avons pas le choix ! Nous planifions les activités qui demandent plus de concentration ou de stimulation le matin ou pas trop tard en après-midi.

Passées 18 heures, notre fils commence à vraiment ne plus se gérer donc nous essayons d’être de retour pas trop tard en soirée et ne prévoyons presque rien les soirs, sauf exception.

Tout dépend aussi de l’endroit où nous nous trouvons. Si nous sommes en pleine nature en séjour de pêche, nous traînons tous ensemble autour du feu tard le soir sans problème. Mais quand nous voyageons dans des villes ou des endroits qui demandent beaucoup à notre enfant sur le plan sensoriel toute la journée, le retour au calme est impératif passé 18 heures.

Choisissez bien vos activités en journée

Au quotidien, en tant que parent d’enfant autiste, vous savez très bien adapter votre rythme et vos choix de sorties aux besoins et capacités de votre enfant. Alors, il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement en voyage. Veillez donc à choisir des activités qui vont lui plaire et à ne pas le surcharger, et bien sûr à éviter les lieux bondés de monde et sur-stimulants.

Beaucoup de parents consultés m’ont mentionné qu’ils alternent les journées d’activités et les journées de repos. S’ils décident de visiter une ville une journée, ils ne font pas grand chose le lendemain à part peut-être une petite sortie à la plage par exemple.

Voici quelques suggestions d’endroits ou d’activités :

  • musées pour enfants dans lesquels on peut tout toucher
  • ateliers d’artisanat pour enfant (poterie, peinture, etc.)
  • tout ce qui a trait à l’eau (mer, piscine, lac, etc.)
  • parcs nationaux
  • zoo ou refuges animaliers dans lesquels on peut avoir un contact étroit avec les animaux
  • sortie à cheval si l’enfant a l’habitude de monter ou fait de l’équithérapie

Si vous visitez un parc d’attraction en famille, votre enfant sera bien entendu sur-stimulé, mais vous pouvez quand même organiser les choses de manière à lui permettre de passer une belle journée. D’abord, sachez que les parcs à thème comme ceux de Walt Disney, Universal ou des parcs d’attraction comme Canada Wonderland ou La Ronde au Canada (et c’est le cas presque partout dans le monde) proposent des passes prioritaires aux enfants ayant des besoins particuliers et à leurs familles. Cela vous évite d’être coincé dans les files d’attente et en général les frères et soeurs sont bien contents d’en profiter (et ils le méritent tout autant). Au cours de la journée dans ces parcs, prenez des moments de calme avec votre enfant pour vous retirer un peu du bruit dans des coins plus verts et plus tranquilles.

Il existe aussi de plus en plus de complexes hôteliers, de villes ou de centres de vacances en Amérique du Nord notamment qui proposent des activités aux enfants ayant des besoins sensoriels différents et qui bénéficient de la certification Autism Friendly. En voici quelques-uns :

  • Chelsea Hotel, à Toronto : Services pour le confort des clients autistes et autres situations de handicap.
  • Association Autism Involves Me à Channel-Port-aux-Basques, Terre-Neuve :  Association qui a pour but de rendre les quartiers de la ville sécuritaires et adaptés aux autistes. La ville possède aussi le premier hôtel certifié autism-friendly au Canada.
  • Les clubs Beaches : Personnel avec qualifications reconnues, espaces adaptés pour les personnes souffrant de troubles sensoriels et camps pour les enfants autistes.
  • Royal Caribbean : Tous les bateaux de croisières sont labellisés autism-friendly et proposent des services adaptés.
  • Morgan’s Wonderland, San Antonio, Texas : Le parc est entièrement accessible aux personnes en situation de handicap et gratuit quand il s’agit d’enfants.
  • Sesame Place, à Philadelphie : Parc certifié autism friendly et proposant des équipements adaptés et des informations sur les effets sensoriels des activités ainsi que des zones de repos silencieuses.
  • Surfside Beach, en Caroline du Sud : Animations accessibles aux autistes près de la jetée.

Et les frères et soeurs alors ?

Avoir un frère ou une soeur autiste n’est pas toujours facile et en tant que parents, on se sent souvent coupable de ne pas pouvoir donner toujours autant d’attention à tous nos enfants. Le rythme des parents est réglé en fonction de l’enfant le plus fragile. Cependant, pour ne pas que les autres enfants se sentent lésés, il est important aussi de leur accorder du temps et de leur permettre de faire certaines activités qui leur tiennent à coeur.

Pourquoi ne pas se séparer quand c’est possible ? Un parent peut rester avec l’enfant qui a besoin de calme et l’autre partir faire une activité spéciale avec la fratrie.

Avant de partir en voyage, demandez aux autres enfants ce qu’ils veulent absolument faire pendant le voyage et planifiez avec eux ces activités. Cela demande beaucoup d’investissement de la part des parents mais ce n’est pas impossible de faire en sorte que personne ne se sente brimé. 

Assurez la sécurité de votre enfant

Votre priorité en tant que parent est sans aucun doute la sécurité de vos enfants. Avec un enfant autiste on est souvent plus vigilant, même lorsqu’il devient adolescent ou adulte, parce que ses réactions peuvent être très spontanées et qu’il peut disparaître en une fraction de seconde parfois. De plus, votre enfant n’est peut-être pas toujours conscient du danger.

Petits trucs pour vous aider de façon pratique :

Acceptez que ce ne sera pas parfait

On aura beau être le parent le plus attentionné qui soit, anticiper tout ce qu’il est possible d’anticiper et être extrêmement bien préparé, il y aura certainement des crises à gérer au cours du voyage, crises dont nous ne comprendrons pas toujours la source.

L’important, comme vous le faites déjà au quotidien, est de bien contrôler vos propres émotions. Les enfants, et particulièrement les enfants autistes sentent nos frustrations et sont sensibles à nos réactions. Le stress et la négativité ne feront qu’empirer la situation.

Ce qui est difficile en voyage en ce qui me concerne, est de gérer une crise lorsque nous sommes en public. Ça l’est déjà quand je suis dans un endroit familier mais quand je suis dans une zone que je ne connais pas, cela me stresse encore plus car je n’ai pas forcément accès à un endroit que je connais ou même à ma voiture pour aider mon enfant à se calmer.

S’il y a une chose que j’ai apprise en voyageant avec mon fils, est que je dois aussi choisir mes batailles et que j’ai le droit de lâcher prise de temps en temps. Notre quotidien n’est pas toujours simple.  Il y a certaines choses que je laisse davantage passer en voyage qu’à l’habitude car mon fils doit faire face à beaucoup de stimuli et ce n’est pas le meilleur moment pour lui ajouter de nouvelles consignes. Si une crise arrive, j’essaie d’être calme et ensuite quand c’est possible, nous quittons les lieux, voire rentrons nous reposer au logement car souvent la crise indique que nous en avons peut-être trop fait.

BON VOYAGE !

Je le répète, les conseils mentionnés ici proviennent de parents d’enfants autistes qui ont l’habitude de voyager et qui ont eu la gentillesse de partager leurs expériences. Bien entendu, tous ces conseils ne s’appliqueront pas forcément à votre situation. Cependant, si c’est possible, ne vous empêchez pas de voyager… Voyagez autrement !

Quelles que soient leurs limites neurologiques, sensorielles,intellectuelles ou physiques, nos enfants méritent ces moments privilégiés et peuvent les vivre avec beaucoup de sérénité si nous les y préparons bien et nous assurons de respecter leur rythme, sans compter que souvent cela leur fera faire de grands progrès.

Est-ce que cela demande de la préparation ? Oui. Est-ce que vous serez fatigués ? Sans doute. Mais vous rentrerez la tête pleine de souvenirs et de moments précieux qui feront du bien à toute la famille.

En attendant, le plus beau des voyages de notre vie restera toujours d’être les parents de ces petits humains extraordinaires qui nous apprennent chaque jour à faire de la différence une force et à apprécier les petits moments parfaits.

 

Merci à Viviane pour sa contribution exceptionnelle, et apprenez à la connaître un peu plus grâce à sa courte biographie ci-dessous

 

Merci pour leurs conseils et références à :

Recent Posts

Leave a Comment

0
Show Buttons
Hide Buttons